Désagréments Urbain

Entre flânerie, errance et nonchalance, Fred Forgues photographie et intrigue.

Puisant son inspiration dans une ville en mutation, en mouvement, il nous dévoile les dessous d’un Paris méconnu du public, éphémère.

Dans sa série « Désagréments urbains », notre regard est usurpé et pris au piège par des photographies qui semblent parfois relever de l’abstraction, parfois retouchées, mises en scène, déguisées.

 

Si Fred Forgues s’intéresse aux angles de vues, aux signes, aux affiches, aux tags, aux mots, la source de son travail dans cette série est précisément la barrière de chantier, aussi temporaire qu’inexistante aux yeux du passant.

 

La fonction de dissimulation de ces barrières est mise à mal par l’artiste qui en force le passage,le  démasque, divulguant l’envers du décor, dessinant un puzzle d’images architecturées ou dépouillées, rythmées par des aplats de couleur.

 

Il nous invite à re-découvrir notre paysage urbain en nous en livrant une vision inattendue, grâce à ses jeux de déconstruction et de reconstruction mentaux et visuels et devient, au fil de ses promenades,  le témoin des parcelles d’une ville.

Il interroge notre mémoire, révélant à la fois la disparition de l’homme,  tout  en en soulignant sa présence,  tendre, brutale, poétique, dérangeante, créative, délabrée, ingénieuse, dévastatrice...

A l’instar de cette série, le travail de Fred Forgues s’articule autour de fragments urbains imperceptibles qui se caractérisent par des jeux de perspective et de déséquilibre,  par des déformations de proportions, par la suppression de  profondeurs de champ et de relief, remisant tout au premier plan.

Les photographies de Fred Forgues, révélatrices d’une sincérité qui ne s’embarrasse pas d’artifices, sont des instantanés séduisants, dérangeants, ne laissant jamais indifférent.

Violette M.